Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Un désir de Toscane; A desire of Tuscany

Publié le 16 Octobre 2015 par proust pour tous

Un désir de Toscane; A desire of Tuscany

Catherine m'avait embobinée pour que je la suive dans un restaurant parisien où un délicieux repas, du moins d'après le menu annoncé, devait être offert à l'issue d'une présentation de produits d'Italie, en particulier de Toscane. Il suffisait d'arriver vers 10 h pour écouter l'éloge des produits italiens, qui font rêver et que nous nous proposions de déguster gratuitement. Quelques chaises, certaines déjà garnies de personnes âgées, nous attendaient au fond du restaurant, où une petite estrade soutenait un matelas et oreiller quasi orthopédiques, sujets de la démonstration que l'on pensait gastronomique! Je n'eus pas la patience d'attendre le festin et cours encore, en attendant le compte-rendu que mon amie, qui n'ayant rien de mieux à faire ce jour-là (aujourd'hui) et piquée par la curiosité, resta sur sa chaise (confortable).

... de même la production de ces rêves d'Atlantique et d'Italie cessa d'être soumise uniquement aux changements des saisons et du temps. Je n'eus besoin pour les faire renaître que de prononcer ces noms : Balbec, Venise, Florence, dans l'intérieur desquels avait fini par s'accumuler le désir que m'avaient inspiré les lieux qu'ils désignaient. Même au printemps, trouver dans un livre le nom de Balbec suffisait à réveiller en moi le désir des tempêtes et du gothique normand ; même par un jour de tempête le nom de Florence ou de Venise me donnait le désir du soleil, des lys, du palais des Doges et de Sainte-Marie-des-Fleurs. Du côté de chez Swann

_________________________________________________________________________________

Lundi 19 octobre, au café de la Mairie, 1er étage, place St Sulpice, répétition générale de "Proust, Jules et moi", avec Marie-Laurence Tartas et Laurence Grenier, à 19h en attendant la représentation du 27 novembre à la mairie du 6ème, toute voisine.

_______________________________________________________________________________

Catherine had convinced me to follow her in a Paris restaurant where a delicious meal, at least as announced, was offered at the end of a presentation of Italian products, mainly from Tuscany, a name that makes you dream. One had to arrive no later than 10 am to listen to a praise for these products from Italy, that we were expecting to taste for free. A few chairs, some of them already stuffed with older people, were displayed in the back of the restaurant, where a small stage was supporting an othopedic mattress accompanied by its pillow, objects of the presentation that we thought gastronomic! I didn't want to wait until the demonstration and left precipitatously. I wait for my friend's report....

...similarly the production of these dreams of the Atlantic and of Italy ceased to depend entirely upon the changes of the seasons and of the weather. I need only, to make them reappear, pronounce the names: Balbec, Venice, Florence, within whose syllables had gradually accumulated all the longing inspired in me by the places for which they stood. Even in spring, to come in a book upon the name of Balbec sufficed to awaken in me the desire for storms at sea and for the Norman gothic; even on a stormy day the name of Florence or of Venice would awaken the desire for sunshine, for lilies, for the Palace of the Doges and for Santa Maria del Fiore. Swann's Way
Commenter cet article