Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Quand on est jeune on aime en fou... Love crazily if you are young....

Publié le 1 Septembre 2015 par proust pour tous

carte du tendre
carte du tendre

"Quand on est jeune on aime en fou, quand on est vieux qui aime est fou" (proverbe du 17ème siècle): je suis vraiment folle!

Quand nous avons dépassé un certain âge, l'âme de l'enfant que nous fûmes et l'âme des morts dont nous sommes sortis viennent nous jeter à poignée leurs richesses et leurs mauvais sorts, demandant à coopérer aux nouveaux sentiments que nous éprouvons et dans lesquels, effaçant leur ancienne effigie, nous les refondons en une création originale. Tel, tout mon passé depuis mes années les plus anciennes, et par delà celles-ci, le passé de mes parents, mêlaient à mon impur amour pour Albertine la douceur d'une tendresse à la fois filiale et maternelle. Nous devons recevoir dès une certaine heure tous nos parents arrivés de si loin et assemblés autour de nous. La prisonnière

________________________________________________________________________________

demain mercredi de proust pour tous à partir de 18h 30 au café de la Mairie place St Sulpice au 1er étage

________________________________________________________________________________

"Love crazily when you are young, but if you love as you are old, you are crazy." or something like that... I am really crazy!

When we have passed a certain age, the soul of the child that we were and the souls of the dead from whom we spring come and bestow upon us in handfuls their treasures and their calamities, asking to be allowed to cooperate in the new sentiments which we are feeling and in which, obliterating their former image, we recast them in an original creation. Thus my whole past from my earliest years, and earlier still the past of my parents and relatives, blended with my impure love for Albertine the charm of an affection at once filial and maternal. We have to give hospitality, at a certain stage in our life, to all our relatives who have journeyed so far and gathered round us. The Captive
Commenter cet article