Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

On apprend de ses enfants; Learn from your children

Publié le 16 Juillet 2015 par proust pour tous

Le général autrichien Mack vaincu par Napoléon à la bataille d'Ulm
Le général autrichien Mack vaincu par Napoléon à la bataille d'Ulm

A la fin du roman écrit par mon fils Alex American Immigrant, se situe une scène assez spectaculaire. Et comme je lui demandai d'où lui en était venue l'idée, il m'a répondu, à ma grande surprise: "De Kant, dans La critique de la raison pure". Et c'est ainsi que mon fils écrivain, qui dévore philosophie, littérature, psychologie, histoire, ne le fait que dans un but: écrire des livres dont on peut dire "ça c'est de la littérature". Il apporte une pièce au puzzle qui me passionne, qui est "qu'est-ce que la littérature, et pourquoi Proust l'a désignée comme la vraie vie?".Et mon enfant (grand enfant), qui n'a pas étudié, a trouvé ça tout seul. Mais qu'ai-je donc appris dans ma jeunesse?

– Mais pas du tout ! Tu te rappelles ce livre de philosophie que nous lisions ensemble à Balbec, la richesse du monde des possibles par rapport au monde réel. Eh bien ! c'est encore ainsi en art militaire. Dans une situation donnée, il y aura quatre plans qui s'imposent et entre lesquels le général a pu choisir, comme une maladie peut suivre diverses évolutions auxquelles le médecin doit s'attendre. Et là encore la faiblesse et la grandeur humaines sont des causes nouvelles d'incertitude. Car entre ces quatre plans, mettons que des raisons contingentes (comme des buts accessoires à atteindre, ou le temps qui presse, ou le petit nombre et le mauvais ravitaillement de ses effectifs) fassent préférer au général le premier plan, qui est moins parfait mais d'une exécution moins coûteuse, plus rapide, et ayant pour terrain un pays plus riche pour nourrir son armée. Il peut, ayant commencé par ce premier plan dans lequel l'ennemi, d'abord incertain, lira bientôt, ne pas pouvoir y réussir, à cause d'obstacles trop grands – c'est ce que j'appelle l'aléa né de la faiblesse humaine – l'abandonner et essayer du deuxième ou du troisième ou du quatrième plan. Mais il se peut aussi qu'il n'ait essayé du premier – et c'est ici ce que j'appelle la grandeur humaine – que par feinte, pour fixer l'adversaire de façon à le surprendre là où il ne croyait pas être attaqué. C'est ainsi qu'à Ulm, Mack, qui attendait l'ennemi à l'ouest, fut enveloppé par le nord où il se croyait bien tranquille. Mon exemple n'est du reste pas très bon. Et Ulm est un meilleur type de bataille d'enveloppement que l'avenir verra se reproduire parce qu'il n'est pas seulement un exemple classique dont les généraux s'inspireront, mais une forme en quelque sorte nécessaire (nécessaire entre d'autres, ce qui laisse le choix, la variété), comme un type de cristallisation. Mais tout cela ne fait rien parce que ces cadres sont malgré tout factices. J'en reviens à notre livre de philosophie, c'est comme les principes rationnels, ou les lois scientifiques, la réalité se conforme à cela, à peu près, mais rappelle-toi le grand mathématicien Poincaré, il n'est pas sûr que les mathématiques soient rigoureusement exactes. Quant aux règlements eux-mêmes, dont je t'ai parlé, ils sont en somme d'une importance secondaire, et d'ailleurs on les change de temps en temps. Ainsi pour nous autres cavaliers, nous vivons sur le Service en Campagne de 1895 dont on peut dire qu'il est périmé, puisqu'il repose sur la vieille et désuète doctrine qui considère que le combat de cavalerie n'a guère qu'un effet moral par l'effroi que la charge produit sur l'adversaire. Or, les plus intelligents de nos maîtres, tout ce qu'il y a de meilleur dans la cavalerie, et notamment le commandant dont je te parlais, envisagent au contraire que la décision sera obtenue par une véritable mêlée où on s'escrimera du sabre et de la lance et où le plus tenace sera vainqueur non pas simplement moralement et par impression de terreur, mais matériellement.
– Saint-Loup a raison et il est probable que le prochain Service en Campagne portera la trace de cette évolution, dit mon voisin. Le côté de Guermantes

________________________________________________________________________________

PROCHAIN MERCREDI: le 22 JUILLET, CAFE DE LA MAIRIE, PLACE SAINT SULPICE, au 1er étage, à partir de 18h30.

_________________________________________________________________________________

At the end of my son Alex's novel American Immigrant, there is a quite stricking scene. And as I was asking him where the idea was coming from, he told me, to my amazement: "from Kant's The Critique of Pure Reason". and so I learned that my son who avidely reads and studies on his own philosophy, literature, psychology, history, sociology, does it for the only purpose of writing literature. And so doing he brought me a piece of the puzzle for which I have a passion: decipher what is literature, and why Proust spoke of it as true life?I learned that from my child, but what did I learned in my youth?

“Not at all. You remember that book of philosophy we read together at Balbec, the richness of the world of possibilities compared with the real world. Very well. It is the same again with the art of strategy. In a given situation there will be four plans that offer themselves, one of which the general has to choose, as a disease may pass through various phases for which the doctor has to watch. And here again the weakness and greatness of the human elements are fresh causes of uncertainty. For of these four plans let us assume that contingent reasons (such as the attainment of minor objects, or time, which may be pressing, or the smallness of his effective strength and shortage of rations) lead the general to prefer the first, which is less perfect, but less costly also to carry out, is more rapid, and has for its terrain a richer country for feeding his troops. He may, after having begun with this plan, which the enemy, uncertain at first, will soon detect, find that success lies beyond his grasp, the difficulties being too great (that is what I call the element of human weakness), abandon it and try the second or third or fourth. But it may equally be that he has tried the first plan (and this is what I call human greatness) merely as a feint to pin down the enemy, so as to surprise him later at a point where he has not been expecting an attack. Thus at Ulm, Mack, who expected the enemy to advance from the west, was surrounded from the north where he thought he was perfectly safe. My example is not a very good one, as a matter of fact. And Ulm is a better type of enveloping battle, which the future will see reproduced, because it is not only a classic example from which generals will seek inspiration, but a form that is to some extent necessary (one of several necessities, which leaves room for choice, for variety) like a type of crystallisation. But it doesn’t much matter, really, because these conditions are after all artificial. To go back to our philosophy book; it is like the rules of logic or scientific laws, reality does conform to it more or less, but bear in mind that the great mathematician Poincaré is by no means certain that mathematics are strictly accurate. As to the rules themselves, which I mentioned to you, they are of secondary importance really, and besides they are altered from time to time. We cavalrymen, for instance, have to go by the Field Service of 1895, which, you may say, is out of date since it is based on the old and obsolete doctrine which maintains that cavalry warfare has little more than a moral effect, in the panic that the charge creates in the enemy. Whereas the more intelligent of our teachers, all the best brains in the cavalry, and particularly the major I was telling you about, anticipate on the contrary that the decisive victory will be obtained by a real hand-to-hand encounter in which our weapons will be sabre and lance and the side that can hold out longer will win, not simply morally and by creating panic, but materially.”
“Saint-Loup is quite right, and it is probable that the next Field Service will shew signs of this evolution,” put in my other neighbour. The Guermantes Way

Commenter cet article