Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Faire durer le temps; Make time last

Publié le 6 Mai 2015 par proust pour tous

Faire durer le temps; Make time last

Durant le dernier mercredi du Swann, j'ai posé la question, et donné la réponse, du moins la mienne, à LA question du temps qui passe trop vite, et fus surprise qu'un homme encore jeune l'ai lui aussi trouvée: Jérôme Bastianelli, qui déclara avoir déjà eu plusieurs vies. On peut le confirmer en lisant sa bio (ingénieur, musicien, critique musical, auteur de biographies, chef de musée...) qui accompagne un livre qu'il vient de publier dans la collection "Bouquins": Proust Ruskin un livre qui fera référence, et qu'il a su défendre avec passion devant les cheminements proustiens de Claude Wittezaële, ou quand un autodidacte déclaré converse avec un diplômé déclaré lui aussi: c'était passionnant. On les retrouvera à Amiens dans la cathédrale, le 6 juin, à 15 h, pour une conférence de Jérôme, que je ne veux pas rater, d'autant que grâce à ma dernière escapade julienne (néologisme qui veut dire "avec Jules"), je me suis familiarisée avec cette splendide cathédrale et aimerais en savoir plus. Mais du temps qui passe, qu'en est-il? si on ne peut vivre dans la peau d'un autre, on peut au moins voir par ses yeux, ce qui est déjà un pas vers l'éternité!

Des ailes, un autre appareil respiratoire, et qui nous permissent de traverser l'immensité, ne nous serviraient à rien, car, si nous allions dans Mars et dans Vénus en gardant les mêmes sens, ils revêtiraient du même aspect que les choses de la Terre tout ce que nous pourrions voir. Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d'aller vers de nouveaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux, de voir l'univers avec les yeux d'un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d'eux voit, que chacun d'eux est ; et cela, nous le pouvons avec un Elstir, avec un Vinteuil ; avec leurs pareils, nous volons vraiment d'étoiles en étoiles. La Prisonnière

At the last Swann's Wednesday, I asked the question, and gave THE answer, which means mine, to the problem of time being too short. A man still young, J.Bastianelli, had also the answer, he had had several lives : it is confirmed by his bio (musician, engineer, author, musical critic, Proustian...) that goes with a book just published in "Bouquins": Proust Ruskin a book that will be a reference, and that he defended with passion as discussed with a great declared autodidact Claude Wittezaele: wonderful conversation. That could be pursued on June 6, in the Amiens cathedral, where Jérôme will give a lecture/ signature of his book at 3pm. I'll be there. But what about Time? if we cannot really live the life of anybody else, we may at least see by an artist's eye, and that is a lot, a step towards eternity!

A pair of wings, a different mode of breathing, which would enable us to traverse infinite space, would in no way help us, for, if we visited Mars or Venus keeping the same senses, they would clothe in the same aspect as the things of the earth everything that we should be capable of seeing. The only true voyage of discovery, the only fountain of Eternal Youth, would be not to visit strange lands but to possess other eyes, to behold the universe through the eyes of another, of a hundred others, to behold the hundred universes that each of them beholds, that each of them is; and this we can contrive with an Elstir, with a Vinteuil; with men like these we do really fly from star to star. The Captive
Commenter cet article