Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Dimanche en huit sous mon arbre; next Sunday under my tree

Publié le 11 Avril 2015 par proust pour tous

Dimanche en huit sous mon arbre; next Sunday under my tree

Charles d'Orléans

Dimanche en huit à 16h sous mon arbre, lancement du mouvement

"Vous en souvenez-vous? par coeur."

Mais après cette grand'messe de la culture pour tous, on aura le droit de présenter d'autres textes sus par coeur: une suggestion, l'un de mes textes favoris, évoqué par Cancan de Cambremer, dans Sodome et Gomorrhe, et déjà cité ici, et déjà récité sous le même arbre, pas par Fabrice Luchini bien que ce soit du La Fontaine.

Le Chameau et les Bâtons flottants

Le premier qui vit un Chameau

S’enfuit à cet objet nouveau ;
Le second approcha ; le troisième osa faire
Un licou pour le Dromadaire.
L’accoutumance ainsi nous rend tout familier.
Ce qui nous paraissait terrible et singulier
S’apprivoise avec notre vue,
Quand ce vient à la continue.
Et puisque nous voici tombés sur ce sujet :
On avait mis des gens au guet,
Qui, voyant sur les eaux de loin certain objet,
Ne purent s’empêcher de dire
Que c’était un puissant navire.
Quelques moments après, l’objet devient brûlot,
Et puis nacelle, et puis ballot,
Enfin bâtons flottants sur l’onde.
J’en sais beaucoup, de par le monde
À qui ceci conviendrait bien :
De loin, c’est quelque chose, et de près, ce n’est rien.

.

The first who saw the humpback'd camel Fled off for life; the next approach'd with care;The third with tyrant rope did boldly dareThe desert wanderer to trammel.Such is the power of use to changeThe face of objects new and strange;Which grow, by looking at, so tame,They do not even seem the same.And since this theme is up for our attention,A certain watchman I will mention,Who, seeing something farAway upon the ocean,Could not but speak his notionThat 'twas a ship of war.Some minutes more had past,—A bomb-ketch 'twas without a sail,And then a boat, and then a bale,And floating sticks of wood at last!

Full many things on earth, I wot,Will claim this tale,—and well they may;They're something dreadful far away,But near at hand—they're not.

Commenter cet article