Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Une grande rentrée proustienne; A new proust year

Publié le 18 Janvier 2015 par proust pour tous

Une grande rentrée proustienne; A new proust year

Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, j'aime essayer de relier ma vie à la littérature (pour moi, ce sera du Proust en général), et cette activité m'apporte tant de joies, de consolation aussi dans les tristes moments, elle me donne l'impression que je participe à la grande expérience humaine, décrite avec l'art le plus élevé, qui en retour m'élève aussi. C'est dans cet esprit que je vais reprendre mes réunions à l'hôtel "le Swann" (Paris 8ème), qui m'avait si bien accueillie en 2014.

Pour la première soirée, qui aura lieu début février (je préciserai la date), j'aimerais que tous les proustiens, débutants, confirmés, ou désireux de le devenir, se retrouvent autour d'un verre. Je donnerai la parole à certains d'entre eux: ceux qui voudront m'envoyer sur mon mail proustpourtous@yahoo.fr un message avec leurs intentions (ils pourront apporter le livre qu'ils ont écrit sur Proust, ou qui évoque notre auteur... leur blog, leurs projets musicaux, leurs expositions, ou tout autre suggestion dans cette veine), en espérant que cette première soirée presque confraternelle ne sera pas la dernière !

Pour la soirée, il n'y avait pas de programme. Le jeune pianiste jouait, mais seulement si « ça lui chantait », car on ne forçait personne et comme disait M. Verdurin : « Tout pour les amis, vivent les camarades ! »
[....) L'habit noir était défendu parce qu'on était entre « copains » et pour ne pas ressembler aux « ennuyeux » dont on se garait comme de la peste et qu'on n'invitait qu'aux grandes soirées, données le plus rarement possible et seulement si cela pouvait amuser le peintre ou faire connaître le musicien. Le reste du temps, on se contentait de jouer des charades, de souper en costumes, mais entre soi, en ne mêlant aucun étranger au petit « noyau ». Du côté de chez Swann

In case you had not noticed, I like linking my life to litterature (for me, it is usually Proust) and this activity brings me so much joy, consolation too in the sad moments, it gives me a feeling of taking part in the great human experience, described with the highest art, that, in return, elevates me too. With that spirit I'll resume my meetings at the Swann hotel, in Paris, a place that has welcomed me in 2014.

For the first party, that will take place in February (I'll precise the date soon), I would love that all kind of Proustians, beginners, confirmed, or wishing to join the crowd, will meet around a drink. I will give the floor to some of them, those who will send on my mail address proustpourtous@yahoo.fr a message with their intentions (they could bring a book they have written on our great author, or that evoques him, their blog, musical projects, exhibitions or any other suggestion in the same vein), hoping that this party will be first but not last !

There was never any programme for the evening’s entertainment. The young pianist would play, but only if he felt inclined, for no one was forced to do anything, and, as M. Verdurin used to say: “We’re all friends here. Liberty Hall, you know!”....
Evening dress was barred, because you were all ‘good pals,’ and didn’t want to look like the ‘boring people’ who were to be avoided like the plague, and only asked to the big evenings, which were given as seldom as possible, and then only if it would amuse the painter or make the musician better known. The rest of the time you were quite happy playing charades and having supper in fancy dress, and there was no need to mingle any strange element with the little ‘clan.’ Swann's Way

Commenter cet article