Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Jeudi 12 février au "Swann" à 19h; February 12, at the Swann, Paris, 7 pm

Publié le 22 Janvier 2015 par proust pour tous

Jeudi 12 février au "Swann" à 19h; February 12, at the Swann, Paris, 7 pm

Jean Béraud

2015, encore une nouvelle grande année proustienne ! Cette année commencera le 12 février, à l'hôtel "Le Swann", 15 rue de Constantinople, Paris 8ème, venez échanger vos idées, vos projets, avec des proustiens, débutants, confirmés, ou désireux de le devenir, (seule obligation: prendre un verre au bar). Je donnerai la parole à certains d'entre eux: ceux qui voudront m'envoyer sur mon mail proustpourtous@yahoo.fr un message avec leurs intentions (ils pourront apporter le livre qu'ils ont écrit sur Proust, ou qui évoque notre auteur... leur blog, leurs projets musicaux, leurs expositions, ou tout autre suggestion dans cette veine). Il n'y aura pas d'ennuyeux, que des gens agréables et intelligents..

On peut remarquer, d'ailleurs, qu'au fur et à mesure qu'augmenta le nombre des gens brillants qui firent des avances à Mme Verdurin, le nombre de ceux qu'elle appelait les « ennuyeux » diminua. Par une sorte de transformation magique, tout ennuyeux qui était venu lui faire une visite et avait sollicité une invitation devenait subitement quelqu'un d'agréable, d'intelligent. Bref, au bout d'un an le nombre des ennuyeux était réduit dans une proportion tellement forte, que la « peur et l'impossibilité de s'ennuyer », qui avait tenu une si grande place dans la conversation et joué un si grand rôle dans la vie de Mme Verdurin, avait presque entièrement disparu. On eût dit que sur le tard cette impossibilité de s'ennuyer (qu'autrefois, d'ailleurs, elle assurait ne pas avoir éprouvée dans sa prime jeunesse) la faisait moins souffrir, comme certaines migraines, certains asthmes nerveux qui perdent de leur force quand on vieillit. Le Temps retrouvé.

2015, another new great proustian year ! that will start on February 12, at "the Swann hotel" 15 rue de Constantinople, Paris 8ème. Come to exchange ideas, projects, with other Proustians, beginners, confirmed or wishing to become so (the only obligation: order a drink at the bar). I'll interview some of them: the ones who will send me at proustpourtous@yahoo.fr a message with their intentions (they'll be able to bring the book they wrote on or inspired by Proust, their musical projects, their exhibitions....). There will be no "bores", only people agreeable and intelligent

One may further observe that the number of people Mme Verdurin named “bores” diminished in direct ratio with the social importance of those who made advances to her. By a sort of magical transformation, every bore who came to pay her a visit and solicited an invitation, suddenly became agreeable and intelligent. In brief, at the end of a year the number of “bores” was reduced to such proportions that “the dread and unendurableness of being bored” which occurred so often in Mme Verdurin’s conversation and had played such an important part in her life, almost entirely disappeared. Of late, one would have said that this unendurableness of boredom (which she had formerly assured me she never felt in her first youth) caused her less pain, like headaches and nervous asthmas, which lose their strength as one grows older; and the fear of being bored would doubtless have entirely abandoned. Time Regained
Commenter cet article