Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

un jules parfait; a perfect boyfriend

Publié le 7 Novembre 2014 par proust pour tous

un jules parfait; a perfect boyfriend

Jules m'a reprise plusieurs fois hier: "Je sais, tu me l'as déjà dit". comme si moi aussi je relevais les nombreuses fois où il m'a raconté la même histoire... sauf que moi ça ne me gêne pas parce que 1/ j'aime entendre une histoire déjà connue, dont je ne me souviens en général pas des détails 2/ je veux lui faire plaisir et fais comme si ça m'intéressait 3/ je suis bien contente qu'il radote de temps en temps, sachant que, comme disait La Rochefoucauld dans sa maxime 313: "Pourquoi faut-il que nous ayons assez de mémoire pour retenir jusqu'aux moindres particularités de ce qui nous est arrivé, et que nous n'en ayons pas assez pour nous souvenir combien de fois nous les avons contées à une même personne?" Il pourrait faire par amour ce que Saint-Loup fait par amitié?

Il m'arriva un de ces soirs-là de vouloir raconter une histoire assez comique sur Mme Blandais, mais je m'arrêtai immédiatement car je me rappelai que Saint-Loup la connaissait déjà et qu'ayant voulu la lui dire le lendemain de mon arrivée, il m'avait interrompu en me disant : « Vous me l'avez déjà racontée à Balbec. » Je fus donc surpris de le voir m'exhorter à continuer en m'assurant qu'il ne connaissait pas cette histoire et qu'elle l'amuserait beaucoup. Je lui dis : « Vous avez un moment d'oubli, mais vous allez bientôt la reconnaître. – Mais non, je te jure que tu confonds. Jamais tu ne me l'as dite. Va. » Et pendant toute l'histoire il attachait fiévreusement ses regards ravis tantôt sur moi, tantôt sur ses camarades. Je compris seulement quand j'eus fini au milieu des rires de tous qu'il avait songé qu'elle donnerait une haute idée de mon esprit à ses camarades et que c'était pour cela qu'il avait feint de ne pas la connaître. Telle est l'amitié.

Jules corrected me several times the other day: "I know, you told me already". I could do the same to him but it does not bother me that much to hear the same story all over again because 1/ I like reruns, especially when I have forgotten many details 2/ I want to please him and pretend to hear the story for the first time 3/ I like the fact that he rambles once in a while, like me. For the sake of love could not he act as Saint-Loup does for the sake of friendship?

It occurred to me, one of these evenings, to tell a mildly amusing story about Mme. Blandais, but I stopped at once, remembering that Saint-Loup knew it already, and that when I had tried to tell him it on the day following my arrival he had interrupted me with: “You told me that before, at Balbec.” I was surprised, therefore, to find him begging me to go on and assuring me that he did not know the story, and that it would amuse him immensely. “You’ve forgotten it for the moment,” I said to him, “but you’ll remember as I go on.” “No, really; I swear you’re mistaken. You’ve never told me. Do go on.” And throughout the story he fixed a feverish and enraptured gaze alternately on myself and on his friends. I realised only after I had finished, amid general laughter, that it had struck him that this story would give his friends a good idea of my wit, and that it was for this reason that he had pretended not to know it. Such is the stuff of friendship. The Guermantes Way
Commenter cet article