Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu"

Au crépuscule de la vie; At life's twilight

Publié le 24 Juillet 2014 par proust pour tous

Au crépuscule de la vie; At life's twilight

Les jours raccourcissent déjà, Yvon Gattaz est très morose ("la France est dans une situation catastrophique"), et un lecteur de mon livre Les sept leçons de Marcel Proust, m'a téléphoné (il ne se sert pas d'internet) pour que je lui donne les références d'une citation qui lui tient à coeur, une citation très mélancolique....

Ce qui avait commencé pour elle – plus tôt seulement que cela n'arrive d'habitude – c'est ce grand renoncement de la vieillesse qui se prépare à la mort, s'enveloppe dans sa chrysalide, et qu'on peut observer, à la fin des vies qui se prolongent tard, même entre les anciens amants qui se sont le plus aimés, entre les amis unis par les liens les plus spirituels, et qui, à partir d'une certaine année cessent de faire le voyage ou la sortie nécessaire pour se voir, cessent de s'écrire et savent qu'ils ne communiqueront plus en ce monde. Du côté de chez Swann

Days are already shorter, Yvon Gattaz (representing big companies' managers trade-union) is very morose on the financial state of France ("catastrophic"), and a reader of my book the Seven Lessons of Marcel Proust called me for a very melancholic excerpt's references...

The process which had begun in her — and in her a little earlier only than it must come to all of us — was the great and general renunciation which old age makes in preparation for death, the chrysalis stage of life, which may be observed wherever life has been unduly prolonged; even in old lovers who have lived for one another with the utmost intensity of passion, and in old friends bound by the closest ties of mental sympathy, who, after a certain year, cease to make, the necessary journey, or even to cross the street to see one another, cease to correspond, and know well that they will communicate no more in this world. Swann's Way
Commenter cet article