Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Claude Wittezaele: le guide touristique inspiré par Proust

Publié le 3 Juin 2014 par proust pour tous

Claude Wittezaele: le guide touristique inspiré par Proust

En attendant de résoudre les problèmes de mise en ligne de la partie longue de l'interview de Claude, voici quelques réflexions sur la Recherche.

Et le début d'un guide touristique que Claude pourrait écrire, mais dont il nous donne la primeur:

ITINERAIRES PROUSTIENS … et AUTRES

Proust ne fut pas un grand voyageur, tant au vu de ses déplacements en France qu’à l’étranger. Son voyage fut tout intérieur. Tel ne fut pas mon cas. En effet, connaître Proust, au-delà de La Recherche, devint pour moi une évidence ; las des ouvrages savants et rassasié d’analyses abstruses, je préférai voyager non pas sur les pas de Proust mais sur ceux de ses connaissances qui pourraient me permettre de mieux cerner mon écrivain favori et par la même occasion découvrir ou redécouvrir la France. Je me propose de vous livrer quelques points de repère sur ces itinéraires proustiens … et autres dans le cas où, comme moi, vous vous sentiriez quelques velléités de voyager.

I – La Lorraine

La lecture de Maurice Barrès (1862-1923) constitua mon point de départ. Si sa ville natale de Charmes manque justement un peu de charme, allez visiter le château d’Haroué que Barrès fréquenta. Partez ensuite en pèlerinage sur la colline de Sion-Vaudémont et lisez sur la statue érigée en hommage à l’écrivain des extraits de La Colline Inspirée et des Amitiés Françaises. Une autre étape me fut inspirée par les écrits de Barrès consacrés au sculpteur lorrain Ligier Richier (1500-1567) surnommé « Le Michel-Ange Lorrain ». Ne quittez pas la Lorraine sans faire un circuit Ligier Richier : tout d’abord dirigez-vous vers Saint-Mihiel où l’on peut admirer une de ses œuvres maîtresses « Le Saint Sépulcre » de l’église Saint-Etienne mais c’est dans l’église Saint-Michel que l’émotion est à son comble devant « La Pâmoison de la Vierge ». Allez bien sûr admirer, dans l’église Saint-Etienne de Bar-le-Duc le Calvaire et le célèbre Transi, dans l’église de Briey le Calvaire, dans l’église de Hattonchâtel le Retable, dans l’église d’Etain la magnifique Pietà. Mais à ceux qui se décourageraient de tant d’œuvres d’art, je conseille de visiter la Lorraine fin août début septembre au moment de la Fête de la mirabelle de Metz, plaisirs garantis !

II – La Lozère

Avec la Sté des Amis de Marcel Proust, nous étions allés en 1994 inaugurer la Bibliothèque Céleste Albaret à La Canourgue, à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort. Quelques années plus tard, j’y retournai et je vous invite à flâner dans cette petite cité lozérienne parcourue par les bras de la rivière Urugne, un vrai dépaysement ! A peu de distance se trouve le moulin d’Auxillac où Céleste naquit et vécut ses premières années. Le moulin a été transformé en auberge et vous pouvez y passer des nuits fort calmes « au bout du monde ». Une autre cité de caractère mérite une visite : Nasbinals, village natal d’Odilon Albaret.

III – Le Bourbonnais

Un des correspondants les plus précieux de Proust fut sans nul doute l’historien d’art Emile Mâle (1862-1954). C’est à lui que s’adressa Proust lorsqu’il voulut se documenter sur les églises de Normandie. Emile Mâle, surnommé « Le Christophe Colomb des cathédrales » pour son travail de bénédictin consacré à retrouver la signification des sculptures de nos cathédrales est né à Commentry, département de l’Allier. C’est là qu’il repose au cimetière communal. Ne manquez pas de passer par la Médiathèque où un petit musée lui a bien sûr été consacré. Un second musée lui est consacré mais beaucoup plus au nord : dans l’abbaye de Chaalis dans l’Oise dont Emile Mâle fut un temps le conservateur ; on peut y voir de nombreux souvenirs de l’académicien.

IV – La Picardie

Si vous ne deviez faire qu’un voyage proustien, alors n’hésitez pas, Amiens vous attend. Vous y mettrez non seulement vos pas dans ceux de Proust lui-même mais aussi dans ceux de John Ruskin dont il est inutile de souligner l’importance de l’influence sur la genèse de La Recherche. Aussi, procurez-vous un exemplaire de La Bible d’Amiens, préfacée et annotée par Proust et postez-vous devant la façade occidentale de la cathédrale d’Amiens et là, lisez la description détaillée des sculptures des trois portails qui constituent cette Bible d’Amiens. Vous ne manquerez pas de poursuivre votre tour de la cathédrale par le portail sud et d’y lire les pages de Proust/Ruskin (Les Années de Pèlerinage). Elles vous mèneront ensuite à l’intérieur de la cathédrale où les stalles et les clôtures du chœur ne manqueront pas de vous éblouir. Avant de quitter la Picardie, faites-donc un détour par Abbeville, autre étape ruskinienne avec sa collégiale Saint-Vulfran. Enfin, pour imiter Ruskin, pensez à vous restaurer et goûtez donc les macarons d’Amiens et les gâteaux battus de Picardie !

Commenter cet article