Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

Baptême et aubépines; Baptism and hawthorns

Publié le 29 Mai 2014 par proust pour tous

Baptême et aubépines; Baptism and hawthorns

Eglise de Sceaux: autel de St Mammès

Dimanche prochain je dois assister à un baptême dans l'église de Sceaux, et je me demande si elle sera ornée de fleurs, d'aubépines peut-être? quoique cette cérémonie ait lieu le 1er juin, et que la mois de Marie se termine le 31 mai.

C'est au mois de Marie que je me souviens d'avoir commencé à aimer les aubépines. N'étant pas seulement dans l'église, si sainte, mais où nous avions le droit d'entrer, posées sur l'autel même, inséparables des mystères à la célébration desquels elles prenaient part, posées sur l'autel même, inséparables des mystères à la célébration desquels elles prenaient part,elles faisaient courir au milieu des flambeaux et des vases sacrés leurs branches attachées horizontalement les unes aux autres en un apprêt de fête, et qu'enjolivaient encore les festons de leur feuillage sur lequel étaient semés à profusion, comme sur une traîne de mariée, de petits bouquets de boutons d'une blancheur éclatante. Mais, sans oser les regarder qu'à la dérobée, je sentais que ces apprêts pompeux étaient vivants et que c'était la nature elle-même qui, en creusant ces découpures dans les feuilles, en ajoutant l'ornement suprême de ces blancs boutons, avait rendu cette décoration digne de ce qui était à la fois une réjouissance populaire et une solennité mystique. Plus haut s'ouvraient leurs corolles çà et là avec une grâce insouciante, retenant si négligemment comme un dernier et vaporeux atour le bouquet d'étamines, fines comme des fils de la Vierge, qui les embrumait tout entières, qu'en suivant, qu'en essayant de mimer au fond de moi le geste de leur efflorescence, je l'imaginais comme si ç'avait été le mouvement de tête étourdi et rapide, au regard coquet, aux pupilles diminuées, d'une blanche jeune fille, distraite et vive. Du côté de chez Swann

Next Sunday, June 1st, I'll attend a baptism in Sceaux' church. And I wonder if the church will be filled with flowers, even hawthorns ? although the "Month of Mary" ends on May 31st.

It was in these ‘Month of Mary’ services that I can remember having first fallen in love with hawthorn-blossom. The hawthorn was not merely in the church, for there, holy ground as it was, we had all of us a right of entry; but, arranged upon the altar itself, inseparable from the mysteries in whose celebration it was playing a part, it thrust in among the tapers and the sacred vessels its rows of branches, tied to one another horizontally in a stiff, festal scheme of decoration; and they were made more lovely still by the scalloped outline of the dark leaves, over which were scattered in profusion, as over a bridal train, little clusters of buds of a dazzling whiteness. Though I dared not look at them save through my fingers, I could feel that the formal scheme was composed of living things, and that it was Nature herself who, by trimming the shape of the foliage, and by adding the crowning ornament of those snowy buds, had made the decorations worthy of what was at once a public rejoicing and a solemn mystery. Higher up on the altar, a flower had opened here and there with a careless grace, holding so unconcernedly, like a final, almost vaporous bedizening, its bunch of stamens, slender as gossamer, which clouded the flower itself in a white mist, that in following these with my eyes, in trying to imitate, somewhere inside myself, the action of their blossoming, I imagined it as a swift and thoughtless movement of the head with an enticing glance from her contracted pupils, by a young girl in white, careless and alive. Swann's Way
Commenter cet article