Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog proustpourtous

Les réflexions d'une proustienne sur sa vie, et en quoi elle lui rappelle dans des épisodes du quotidien des passages de "A la recherche du temps perdu", en Français et en Anglais

La dictée de Proust: punir ou pas?

Publié le 15 Avril 2014 par proust pour tous

La dictée de Proust: punir ou pas?

Clansayes, un village en Drôme provençale, où tous les ans on parle de Proust, grâce à Catherine et Claude

Un article dans Le Nouvel Obs, sur l'apprentissage de l'orthographe, m'a donné une idée sur l'obstacle ressenti par beaucoup à la lecture de Proust: sa phrase dite alambiquée, ou du moins trop longue. Dans mes pérégrinations végétales, du chêne du parc de Sceaux à la truffe du Tricastin de la Drôme provençale, je rencontre les mêmes plaintes émanant de proustiens-en-herbe: la phrase, la phrase! Comme la punition des enfants qui ratent leur dictée semble ne pas faire effet, je propose pour les adultes, plus résistants et plus habitués, des dictées proustiennes, avec punition s'ils font trop de fautes de compréhension (lire 10 pages de Proust) et récompense s'ils comprennent bien (lire 20 pages): je demanderai au gentil philosophe qui fait l'apologie de la punition, Emmanuel Jaffelin, ce qu'il en pense. Une phrase typique à décortiquer:

Un jour que nous marchions avec Swann dans une rue de Combray, M. Vinteuil qui débouchait d'une autre s'était trouvé trop brusquement en face de nous pour avoir le temps de nous éviter ; et Swann avec cette orgueilleuse charité de l'homme du monde qui, au milieu de la dissolution de tous ses préjugés moraux, ne trouve dans l'infamie d'autrui qu'une raison d'exercer envers lui une bienveillance dont les témoignages chatouillent d'autant plus l'amour-propre de celui qui les donne, qu'il les sent plus précieux à celui qui les reçoit, avait longuement causé avec M. Vinteuil, à qui jusque-là il n'adressait pas la parole, et lui avait demandé avant de nous quitter s'il n'enverrait pas un jour sa fille jouer à Tansonville. Du côté de chez Swann
Commenter cet article